CE extra du jeudi 05 novembre : DAEC 2016 et équipe complète sur le système 2 TA

DAEC 2016

Le dispositif d’adéquation des emplois et des compétences et reconduit jusqu’au 1er février 2017 dans les mêmes conditions que précédemment :

Pour les anciens

La direction prévoit le départ de 252 salariés éligibles aux mesures de « congé-sénior » (taux d’adhésion 65%).

Congé-sénior : possibilité de dispense d’activité de 36 mois avant la retraite définitive et pleine. Pour être éligible, il faut donc être en mesure d’apporter la preuve d’un départ en retraite au plus tard 36 mois après l’adhésion au dispositif.

Il faut également être positionné sur un métier sensible ou à l’équilibre, nous publierons prochainement la classification par métiers (les ouvriers du montage sont classés à l’équilibre et peuvent donc adhérer s’ils le souhaitent).

La CGT a toujours été favorable au congé-sénior car il permet de sortir de l’hypocrisie du PREC (ancien plan) qui obligeait les salariés à aller pointer à Pôle Emploi et vivre des allocations « chômage ».

Les salariés fatigués et usés par les conditions de travail de plus en plus pénibles pourront cesser leur activité plus tôt et préserver leur santé.

Un bémol à Sochaux : la direction a annoncé que les salariés éligibles ayant adhéré et finalisé leur dossier, devront attendre le mois de septembre pour pouvoir entamer leur dispense d’activité.

La raison invoquée par la direction : le lancement de la remplaçante de la 3008!

La CGT trouve scandaleux que la direction ait trouvé comme seule solution pour assurer le lancement du futur modèle ce rognage du congé-sénior!
Elle  considère qu’elle devrait embaucher des jeunes en CDI pour permettre aux anciens de partir dans les conditions inscrites dans le contrat de génération!
Pour les jeunes ouvriers opérateurs

Un autre scandale : la direction les empêche d’adhérer au dispositif par le biais de mesures externes ou quitter l’entreprise avec des aides financières pour réussir une reconversion, un changement d’employeur ou une création/reprise d’entreprise.

Pour la direction, il s’agit de les maintenir sur des postes très pénibles, avec des salaires très bas, et leur enlever toute possibilité d’essayer d’obtenir un avenir meilleur, s’ils le souhaitent.

Pour ceux qui ne souhaitent pas adhérer

Comme chaque année, la direction a ciblé les postes qu’elle veut transformer ou supprimer, ce sont des postes dont les métiers sont classés « sensibles ». Se faisant, elle fait pression sur les salariés placés sur ces postes, pour les inciter à adhérer au plan, même si ces derniers expriment leur volonté de rester dans l’entreprise.

La CGT demande à la direction de cesser ces pressions et de respecter le strict volontariat.

Pour ceux qui restent

Comme les départs ne sont pas remplacés de façon pérenne, à savoir, en embauchant du personnel en CDI, la situation devient quasiment dramatique tant en production, qu’en conception, ou en ingénierie.

Avec le lean management et le lean manufacturing, des organisations visant à intensifier comme jamais les charges de travail tant cognitives que manuelles, les salariés n’en peuvent plus, le mal être au travail est flagrant, et l’ambiance est de plus en plus délétère.

Ces organisations ayant comme seul objectif l’augmentation des profits à très court terme, quitte à détruire la santé physique et morale des salariés.

Il est grand temps que cela cesse mais la direction nous promet, au contraire, de nouvelles dégradations de nos conditions de travail, elle ne s’en cache même pas.

Lancement en 2016

Au cours du CE du jeudi 05 novembre, la direction a annoncé la remise en place d’une équipe complète sur le système 2 en février 2016. Pour se faire elle devra recruter 300 intérimaires.

C’est encore une fois dans un esprit de profitabilité à outrance que la direction a fait le choix de renvoyer 300 intérimaires en septembre 2015 pour annoncer aujourd’hui ces recrutements devant permettre d’assurer le lancement de la remplaçante de la 3008. Un démontage, remontage d’équipe pour une période d’à peine 4 mois, la flexibilité poussée à l’extrême! Pourtant, d’autres solutions étaient possibles, notamment, l’allègement des charges de travail et la baisse des cadences.

Un lancement qui décidément fait déjà beaucoup parler de lui, mais pas sur le terrain du social. Car en effet, il n’y a toujours pas l’ombre d’une embauche en CDI!

Une énorme connerie

On sait que le ridicule ne tue pas mais franchement là, la direction du site de Sochaux s’était surpassée. En effet, cette dernière avait eu la brillante idée de ne plus respecter l’alternance normale des tournées à cause du fait que l’année 2015 est constituée de 53 semaines.

Et la direction de s’enfoncer lorsque les salariés lui demandaient quelles étaient les raisons profondes d’une telle modification, chaque salarié se voyant contraint de changer de tournée, avec toutes les conséquences sur l’organisation familiale induites : « nos motivations sont d’ordre industriel ».

Ou comment tout faire pour ne pas passer pour plus idiot qu’on ne l’est déjà…mais ouf, les salariés en horaire de doublage, pourtant souvent pas issus des Grandes Ecoles, ont  tout de même fini par obtenir gain….de cause!

 

 

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *